Le déroulement d'un repas chinois

Le déroulement d'un repas chinois

Lorsqu’on vous invite à dîner dans une famille chinoise, il est bien vu d’apporter un petit cadeau. Offrez-le avec les deux mains, pouces sur le dessus.

Si vous recevez un cadeau, prenez-le délicatement. Si vous êtes chez vous, posez-le sur un meuble et attendez le départ de votre invité pour le déballer.

Au restaurant, les convives sont reçus dans une pièce privée. Les gens sont placés en ordre hiérarchique, selon leur importance aux yeux de l'hôte, ou selon leur âge.

Il faut attendre que la personne la plus importante commence le repas. Il faut donc attendre que l’hôte principal prenne ses baguettes avant de prendre les siennes, qu’il se serve avant d’en faire autant. Il ne faut pas se servir tant que les autres convives n’ont pas pris leurs baguettes.

Quelques instants après le début du repas, l’hôte se lève pour porter un toast. En Chine, nul besoin de se regarder dans les yeux. Cependant, les invités doivent attendre que l’hôte ait terminé avant de boire à leur tour. Refuser un toast serait un affront envers celui qui invite à trinquer.

Un repas est un événement social. Par conséquent, il importe d'être très attentif aux autres lorsqu'on mange en compagnie de Chinois. Il vous faut veiller à ce que vos voisins se sentent à l’aise. Si l'un d'entre eux manifeste sa préférence pour un plat un peu éloigné de lui, offrez-lui de le servir. En Chine, on ne passe pas les plats autour de la table.

Après avoir dégusté un plat gras ou qui exige l'usage des doigts, on utilise généralement une serviette de table. Cependant, celles dont on se sert tout au long du repas en Occident n'existent pas dans un repas chinois classique. Selon la coutume, l'hôte ou l'hôtesse présente des serviettes chaudes et parfumées à plusieurs reprises au cours du repas.

On ne mange du riz qu'à la fin du repas, juste avant les desserts. Selon la tradition, le riz doit cependant être laissé intact. Si un convive se servait du riz, cela signifierait qu’il n’a pas assez mangé. Pour respecter cette coutume, il faut donc déposer ses baguettes sur son bol quand le riz est servi et le refuser, malgré l’insistance de l’hôte. Une fois que les baguettes sont posées, il ne faut plus manger autre chose que les desserts.

Pour les chinois, les repas sont un plaisir, il est normal de se laisser un peu aller. La liberté et la décontraction sont de rigueur. Si l’un des convives renverse quelque chose, tout le monde considère l’incident comme quelque chose de normal. L’hôte ne s’affolera pas et pourra même poursuivre sa conversation s’il se trouve assez loin du « coupable ».

L'hôte commande toujours plus que nécessaire mais il est mal vu de laisser son assiette ou son bol entièrement vide, cela laisserait entendre qu’il n’y avait pas assez à manger au cours du repas.

Le repas terminé l’hôte se lève et demande si les convives ont assez mangé. L'hôte paye toujours la note. S’il est poli de proposer de partager l’addition, insister serait un affront pour l’hôte.

Tags :